February 25, 2008

Quentin Garel, en quel granit (en bords de Seine)


En quel granit furent taillés les géants qui marchaient sur le globe ? De quel bois les oiseaux ? Quentin Garel offre à l'œil quelques vestiges du temps passé, quelques résidus de mort à venir.

Becs et crânes d'oiseaux, tête de canard décharnée, mandibules de porc, bois ou métal. Ces œuvres d'art, quel engin les a déposées sur les rives de la Seine, dans le parc du Chemin de l'Île ? À Nanterre, 14 hectares en bord de Seine, entre A14, friches industrielles, décharges et centre de recyclages. Où ces rognures de l'industrie consommante se trouvent fort bien. Quelques indications pour la visite du parc et les infos officielles. Le dimanche 30 mars est prévue une visite guidée de parc. En savoir plus sur Quentin Garel ? À la galerie L.J. Beaubourg, les photos de Christelle (sur le blog de Buzenval à Miromesnil), à la Galerie Forni (Bologna, Italie). Dans Le bestiaire de Quentin Garel (fiche technique), documentaire (Mirage Illimité) de 2006 de Thomas Lallier, en co-réalisation avec Alyssa et Myrha Verbizh.

Le Moscar des pickpockets

On en avait parlé ici même, et sur les enquêtes en stand-by d'Oslo Films, du Mozart des pickpockets. Une petite perle de court-métrage, drôle et bien écrit, de Philippe Pollet-Villard, et avec, et avec Richard Morgièvre, compère écrivain. Très primé par chez nous, il vient de recevoir l'Oscar 2008 du meilleur court-métrage de fiction.
Ce qu’il y a de bien c’est qu’on saura jamais s’il est intelligent ce gamin. Ça doit être ça l’avantage d’être sourd et muet, t’es pas dans la compétition

Ce court est disponible en DVD (édité par F-CAN), avec un autre court-métrage, La baguette, dont les sub-héros sont les mêmes Philippe et Richard, larcineurs à la petite semaine. Bon investissement, il se revoit facilement.

February 10, 2008

Actualités du court-métrage - Clermont-Ferrand

L'actualité est au festival international du court métrage du Clermont-Ferrand

Une diffusion des films courts :
MK2, soirée courts métrages n°96
Mardi 12 février à 20H30 et 22h30 (Mk2 quai de Seine, métro : Jaurès, Stalingrad)

Les prix du festival :
Compétition nationale : Como todo el mundo, de Franco Lolli
Compétition internationale : Auf der Strecke, de Reto Caffi
Compétition labo : Pikapika, Lightning Doodle Project, de Kazue Monno, Takeshi Nagata
Tout le palmarès : sur le site du festival

À la radio :
Tout arrive (France Culture) du mercredi 6 février 2008 (partie 1, partie 2 en audio)
Avec un focus sur Gravity de Nicolas Provost (synthèse d'innombrables baisers hollywoodiens), et Stone people de Leonid Rybakov

Et les prochains festivals :
Festivals en France
Festivals à l'étranger

February 9, 2008

Microfilm - I, Film Corm

Un excellent concert de Microfilm hier soir 8 février 2008 au Glaz'Art (www.glazart.com). Avec l'insigne avantage d'être passé en première partie, permettant de quitter la salle au milieu (voire au début) des jérémiades bruitistes d'Arnaud Michniak. Un anagramme de Microfilm ? I, Film Corm ("ma vie de bulbe cinématographique") donne une petite idée de ce groupe surtout instrumental, dont germent des samples de paroles et quelques scènes retouchées de vieux films (comme par un filtre médian), projetées sur un écran. Comme pour Secret camera, tiré de leur premier album A journey to the 75th, et dont le clip semble extrait de Journey To The Far Side Of The Sun (Doppleganger).
Le microfilm est/était un support de stockage analogique reproduisant les pages de livres ou périodiques, des documents juridiques et des dessins techniques. ...
selon la source wikipedia usuelle. Microfilm, c'est désormais :
un groupe de 4 musiciens de Poitiers, teinté de post-rock, distingué par un ep éponyme en 2003, suivi par A journey to the 75th en 2004, puis Stereodrama (livré avec lunettes de relief bleu et rouge) en 2007, et qui concerte en Chine.
Depuis leur chanson André, ils sont devenus avec Stereodrama des Atom readers avec la désintégration de leur chatte Dandinette ( par ailleurs, une technique de pêche) :
  • Lui : C'est maintenant un flot d'atomes félins.
  • Elle : Mais où est-elle allée ?
  • Lui : Dans l'espace...
Ce concert énergique a diffusé Tout l'univers, La fille qui en savait trop, Dpt. 4, Johnny and Barbara, Secret Camera, The Night of J&B (une référence surement à la vieille publicité pour du whisky : J&B pour la nuit), Dpt. 1, Death race 68, Fancy Nancy, Margaret on the rocks.

Plus d'infos, et pour les écouter :
www.microfilm.tv
www.myspace.com/microfilmband
Pour les voir, les dates :
www.microfilm.tv/dates.html
MySpace : dates

Pour finir, les mots du batteur préparant un final à la caisse claire au centre de la salle : "on ne parle pas, mais ça fait du bien de crier quand même".

Nota : il existe un autre Microfilm (www.microfilmmusic.com), groupe techno de Matthew Mercer et Matt Keppel, fondé en 2006. Et c'est pas bien de faire des comparaisons, mais Microfilm me redonne l'envie d'écouter The God Machine, groupe saturé défunt du début des années 1990, avec deux excellents albums (eux aussi) : Scenes From The Second Storey et One Last Laugh In A Place Of Dying. (quelques infos supplémentaires par ici et ici). Allez, une petite vidéo interview live de Microfilm pour la route :